Serveur Minecraft (1.11.2)
 
AccueilFAQCalendrierGalerieRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Adresse du Serveur Minecraft
Adresse IP du Serveur Nethergrad:

nethergrad.craft.vg



Partagez | 
 

 -Le Remède et la fin-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kikoo996
Aristocrate
Aristocrate
avatar

Messages : 345
Nethars : 367
Date d'inscription : 18/01/2013
Age : 18

Feuille de personnage
Inventaire:
Santé mentale:
15/15  (15/15)
Santé:
60/60  (60/60)

MessageSujet: -Le Remède et la fin-   Jeu 5 Juin - 10:07

Cela faisait plusieurs mois que je tentais de trouver une solution afin de sauver l'île de Nethergrad, cette île qui nous est si chère... Et à l'heure à laquelle j'écris ces lignes, alors que notre situation ne semble pas meilleure, notre destin n'est pas tel qu'on l'avait prémédité.

Durant les dernieres semaines, j'étais parvenu à rassembler la quasi-totalité des survivants... que la folie n'avait pas emporté. J'avais ensuite divisé les survivants non-blessés en trois groupes différents afin de chercher les ingrédients pour l'invention qui devait guérir notre île. Mais qu'étais cette invention, me demanderez-vous? C'était une bombe. Une bombe visant à purifier l'air, le sol et l'eau de l'empire de Nethergrad, ou du moins ce qu'il en reste, et tout cela sans faire de mal ou de dégats à quiconque.

J'avais besoin pour cela une grande quantité matière explosive, un échantillon d'eau, d'air, et de terre contaminés par les restes ectoplasmiques, de la chair provenant des créatures rôdant depuis l'explosion des bombes et de l'eau de source pure. Le problème étant qu'aucune eau sur cette île était potable, je fus restreint à en chercher dans les profondeurs des cavernes, mais en vain.

Mais quelques jours plus tard, un de nos hommes vint me voir et me dit:
- L'eau que vous cherchez n'est pas une eau comme les autres... Même avant l'explosion des bombes, une eau pareille n'aurait pu être trouvée qu'à un seul endroit.
Alors que je lui demandais de s'expliquer, l'homme m'interrompit:
- Les écrits racontent que lors du Cataclysme, l'élément fondateur de l'ère dans laquelle nous vivions (avant la bêtise de l'impératrice Dilva), les divinitées, voyant leur terres detruites, réduites en cendres, pleurèrent de tristesse et de haine sur le monde tout entier.
Il s'arrêta de parler. Plusieurs autres survivants s'étaient regroupés près du vieil homme, fascinés par son récit.
- Continuez, je vous pris.
- Ces larmes se transformèrent en déluge et inondèrent les terres qui existaient, étaignant le feu qui les rongeait et sculpta les montagnes, creusa les grottes et les crevasses, et forgea donc le paysage que nous connaissons aujourd'hui. Mais revenons á l'essentiel: l'eau issue des larmes avait des vertues incroyables, guérissaient n'importe quelle maladie et faisaient fleurir une terre si on l'arrosait. Mais se mélangeant peu à peu avec l'eau naturelle, elle perdait ces vertues. Les habitants de Nethergrad gardèrent donc l'eau des larmes dans un lieu sacré: dans les souterrains du temple d'Artemis, à l'abris de toute être. L'entrée à ces souterrains fut si bien dissimulé que les humains eux mêmes ne parvinrent plus à la retrouver, mais il existait une carte menant à cette eau miraculeuse.
Ensuite, se tournant vers moi, il dit à voix basse:
- Vous êtes un illustre scientifique, professeur Azenstein, et la mythologie ne vous interesse peut-être pas, mais dans la situation dans laquelle nous sommes, cette eau miraculeuse est notre dernier espoir, que celle-ci vienne des dieux ou non. Nous devons donc la trouver si nous voulons avoir ne serait-ce qu'une chance de sauver notre éspèce.

Je ne suis effectivement pas homme à croire aux divinités, mais je compris l'intéret que présentait cette eau. J'entrepris donc le lendemain de partir pour Red Opera: il y avait là-bas une bibliothèque célèbre pour  avoir abrité des milliers d'archives datant de la nuit des temps.

Je levai le camp avec trois autres survivants pour me protéger et nous partîmes pour Red Opera à l'aide d'une barque, car les lieux étaient maintenant innondés. Cette forteresse, autrefois resplendissante, n'était plus qu'une ville morte, une ville fantôme... Partout au sol gisait des corps, les boutiques étaient sacagées et une odeur de mort flottait au dessus de la forteresse.
Je trouvai l'immense bibliothèque sans trop de soucis et nous ne dûmes pas chercher longtemps avant de trouver la carte menant à l'eau sacrée, car celle-ci était conservée au centre de la pièce. Alors que nous sortions de Red Opera, une créature humaine nous sauta dessus: l'impératrice Dilva. Elle s'ataqua aux survivants comme une bête en furie, histérique, mais fut vite immobilisée, puis un d'entre eux la poussa à l'eau et toute notre équipe poussa un cri de victoire. Nous nous sentions enfin soulagés. La responsable de toutes les morts, de toutes les villes detruites avait enfin payé pour ses actes.

Je finis donc par obtenir cette eau miraculeuse et je fis les finalisations pour la bombe. Nous nous retrouvîmes le soir pour l'explosion. Sous les regards inquiets de tous j'appuyai sur un bouton déclanchant la bombe.

La suite m'est très floue... La bombe explosa et il en sorti une lumière illuminant le monde tout entier. Mais au lieu de guérir les terres de Nethergrad, celle-ci les fit disparaître, les aspirant dans le Néant de sa propre lumière. Nos corps disparurent eux aussi, et nos âmes montèrent vers le ciel, détachées de ce monde.

La fin d'un monde, le début d'un autre. Un monde est né, l'autre disparaît.
Nous n'avons pas échoué. La disparition de l'espèce humaine était évidente et c'est la bêtise humaine qui l'a emportée. Nous avons fait ce que l'on avait à faire sur ce monde et nous laissons notre place. Nous laissons notre place à d'autre espèces, à de nouvelles légendes, une nouvelle histoire...

Notre temps sur ce monde est donc fini...

Et puisse l'avenir être meilleur pour pour ceux qui nous succède.

                               
                         
Azenstein.


Dernière édition par Kikoo996 le Sam 7 Juin - 10:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mleouf
Admin
Admin
avatar

Messages : 942
Nethars : 1224
Date d'inscription : 17/04/2011
Age : 21
Localisation : Andorath

Feuille de personnage
Inventaire:
Santé mentale:
10/10  (10/10)
Santé:
80/80  (80/80)

MessageSujet: Re: -Le Remède et la fin-   Jeu 5 Juin - 16:32

Fenrir reposa le morceau de parchemin. Le messager royal le regarda d'un air grave. Pour la première fois, Fenrir se rendit compte que son âge avancé commençait à le rattraper. Âgé depuis presque mille ans, il sentait la vieillesse commencer à diminuer ses forces vitales. Et pourtant il ressentait au fond de lui une profonde rage qu'il ne parvint pas à canaliser. Son sang bouillonna, son poing se ferma. Sous l'effet d'une profonde colère, il prit la table et la jeta contre le mur de pierre. Celle-ci se brisa contre le mur de pierre sous le regard inquiet de SotOdWiing qui craignait que son amant ne sombre une fois de plus dans la folie lycanthropique. Mais Fenrir se calma, haletant, accablé par la haine et le chagrin. Il s'assit contre le mur, repensant à cette Terre qui l'avait jadis accueilli, qui l'avait aidé. Ses habitants qui l'avaient traité comme un frère malgré sa différence : ceux qu'il considérait comme sa famille. Il regarda le brasier dans l'âtre, mis sa tête dans le creux de ses mains... La dragonne s'assit à coté de lui, tentant de le consoler en le serrant contre elle.
Fenrir se releva doucement. Prit un morceau de parchemin, une plume, et y inscrit quelques mots.
Il tendit ensuite la courte lettre au messager qui repartit accompagné de gardes royaux. Fenrir les regarda s’éloigner sur leurs chevaux blancs. Il se retourna et remarqua que la dragonne lui tendit Kahl'Nohrin, et ses bracelets draconiques. Le rôdeur les prit, enfila sa tenue de voyage, son armure et plaça ses armes à sa ceinture. SotOdWiing sentit que le regard de Fenrir s'était posé sur elle. Elle le connaissait bien, et savait ce qu'il comptait lui demander. Elle sortit du bâtiment. Une fois prêt à partir, Fenrir sortit à son tour, et vit que sa compagne avait prit sa forme draconique pour l'emmener. Il se plaça sur le dos de la dragonne qui s'envola vers le Sud.

Ils survolèrent ensemble la large mer du Sud, puis la mer du Agahn, l'archipel de Domfond. Durant des jours, ils parcoururent les vastes étendues qui séparaient l'empire Netharien et le Pays Andorien. Ils se reposaient quelques heures sur des petites îles, de manière à recouvrir leurs forces.
Lorsqu'enfin, Fenrir perçut la Terre Netharienne, il ne parvenait pas à y croire : les terres ravagées, la lave et les cendre recouvraient intégralité du pays, plus aucune trace de vie, ni de végétation.
L'air devenait lourd, il faisait chaud, et il ne sentait plus que les cendres et le soufre emplir ses poumons. Seules quelques créatures abjectes semblaient occuper les lieux. Celles-ci semblaient provenir des failles qui s'ouvraient dans la terre. La dragonne se rapprocha du sol, laissant la possibilité à Fenrir de chercher d’éventuels survivants. Pendant des heures, Fenrir observa le moindre recoin, la moindre parcelle de terre, mais aucune trace de survivant. Ayant perdu tout espoir, il ordonna à la dragonne de se rediriger vers le Nord.Elle s’exécuta. Fenrir adressa un dernier regard aux ruines d'un Empire autrefois prospère. Près des côtes, il remarqua quelque chose qui flottait à la surface de l'eau. Il demanda à SotOdWiing de l'attraper en vol. Se servant de ses griffes, la dragonne s'empara de l'objet avant de se rediriger vers le Nord. Mais cette fois, ils ne s’arrêtèrent pas...

Lorsque Fenrir et SotOdWiing atteignirent les côtes Andoriennes, la dragonne atterrit sur une petite plage isolée, puis reprit forme humaine. Fenrir observait l'horizon, épuisé par le chagrin. La dragonne, l'air grave, lui tendit l'objet qu'elle avait ramassé dans l'eau quelques jours plus tôt. C'était un casque fait de cuir, surmonté d'une paire de lunettes aux verres brisés. Fenrir reconnaissait l'objet, il appartenait à...

Mais son regard fut aussitôt dirigé vers quelque chose au loin... Quelque chose, ou plutôt quelqu'un venait de s'effondrer au sol. Fenrir accourut, courant de toutes ses forces. Plus il se rapprochait, plus il commençait à distinguer la silhouette sombre. Enfin à son chevet, il hurla à SotOdWiing de l'aider à le réanimer, mais de ne retirer son armure sous aucun prétexte. Celle-ci lui ordonna d'aller chercher une plante poussant sur les dunes voisines. Fenrir partit en courant chercher ladite plante.
Une fois trouvée, il revint rapidement auprès de la dragonne. Celle-ci demanda une dague et la plante. Fenrir lui tendit ce qu'elle demanda. Puis la dragonne broya la plante entre ses mains, puis se trancha la paume. Elle laissa son sang et les morceaux de plantes se déverser sur l'armure de l'homme. Une fine fumée bleue commença a s'en dégager. Les volutes se propagèrent sous le casque de l'homme à terre. Puis Fenrir vit que l'évanoui commençait à se mouvoir.
L'Homme se redressa, faible, mais conscient, puis s'assit. Fenrir entendait la respiration haletante de l'homme sous son casque. L'Homme toussa, Fenrir lui tendit la main, et l'aida à se relever. Il lui demanda si il allait bien, mais l'Homme ne répondit rien. L'homme-loup demanda à la dragonne de le mettre en lieu sûr pendant qu'il chercherait d’éventuels rescapés.

Durant des heures, Fenrir longea la côte jusqu'au moment où il aperçut au loin un navire. Il n'était pas sûr... Il attendit que le navire soit un peu plus visible. Son cœur s'emballa lorsqu'il reconnut le pavillon rouge flotter en haut du mât. Il n'en revenait pas.

Il était temps pour lui de retourner auprès de SotOdWiing, et de cet Homme qu'il connaissait.

Ce... Comment disait-on, déjà... ?

Ce Scaphandrier....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bapto
Admin
Admin
avatar

Messages : 1261
Nethars : 2440
Date d'inscription : 16/04/2011
Age : 26

Feuille de personnage
Inventaire:
Santé mentale:
20/20  (20/20)
Santé:
80/80  (80/80)

MessageSujet: Re: -Le Remède et la fin-   Sam 7 Juin - 14:55



---Journal d'un oublié---

Je rédige ces derniers mots, car très bientôt je n'en aurais plus le temps et la possibilité. La terre sur laquelle je rampe péniblement semble se dérober sous mes pas à mesure que les minutes défilent.

Depuis l'année +281C personne n'a revu ma carcasse d'acier refaire surface. Plus exactement depuis la dernière grande guerre contre Red Opera. C'est à ce moment là que ma barge volante sombra dans les flots. Ma combinaison de scaphandrier que je porte depuis toujours m'a offert la chance de survivre à cette catastrophe. Des lors j’erre sur ce continent sans me soucier de la vie politique des diverses nations existantes. Ma longévité est dû a une substance relativement bien connue, l'ectoplasme. Quelque injection dans ma combinaison hermétique me procure dix années de vie supplémentaire. Si l'idée me venait de retirer cette dite tenue, les effets s'estomperaient rapidement...

Mais voila, le monde et le temps ne semble plus vouloir progresser sur la même parallèle. Nethergrad implose de part en part. La première explosion ectoplasmique en +303C ravagea une immense partie du territoire. La terre devint stérile, l'air toxique et irradié, les espaces vivantes les plus faibles succombèrent sur le coup, tandis que d'autre résistèrent péniblement aux dégâts. Et voila que exactement 50 ans après, une seconde explosion fait rage. J'ai vu de mes yeux cette détonation, son point de rupture émanait d'un pic autrefois enneigé. Depuis, les séismes et autre raz de marée, se chargent d'engloutir les derniers fragments d'un continent ravagé dans les flots marins. Après tout nous venons de l'eau, il est donc logique d'y finir...

Mes forces semblent m’abandonner, mais je continu a avancer tandis que le sol s'effondre derrière moi, je sais que bientôt il n'y aura plus un seul bout de terre praticable, mais un détail m'a donner une lueur d'espoir. J'ai cru apercevoir il y a de ça quelques jours, un pavillon rouge dans l’océan déchainé. Un navire impérial aurait il survécu au cataclysme? c'est en tout cas ma seule porte de sortie!

Je ne peux plus avancer, voila des jours que j'avance sur les dernières bribes de terres Nethariens, et aucune voile rouge à l'horizon. Je désespère, mais cette créature volante de couleur grise, semble me porter un intérêt certain. J'ignorais que les dragons existaient encore, en tout cas celui-ci semble s’intéresser à ma carcasse, en tant que repas? Qu'il vient, je ne peux plus faire un pas de toute manière, je suis condamné à rester allongé sur se sable fin, en attendant patiemment qu'un séisme vient m'en déloger.

L'avenir de ce monde risque d’être étrange, mais je ne sais encore si je partagerai ce même futur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nethergrad-server.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: -Le Remède et la fin-   

Revenir en haut Aller en bas
 
-Le Remède et la fin-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LEXIE ZELDA ✱ Le remède est dans le poison
» Les radins trouvent un remède !
» CR 16/02/2015 Pandémie : le remède / Deus
» Machine à Remède Fermier
» Un remède à la crise ? Devenez-vous même VRP pour SWTOR!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serveur Minecraft Nethergrad :: Encyclopedie Netharienne :: Histoire :: Archives-
Sauter vers: