Serveur Minecraft (1.11.2)
 
AccueilFAQCalendrierGalerieRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Adresse du Serveur Minecraft
Adresse IP du Serveur Nethergrad:

nethergrad.craft.vg



Partagez | 
 

 -Une chaleur retrouvée-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mleouf
Admin
Admin
avatar

Messages : 947
Nethars : 1229
Date d'inscription : 17/04/2011
Age : 21
Localisation : Andorath

Feuille de personnage
Inventaire:
Santé mentale:
10/10  (10/10)
Santé:
80/80  (80/80)

MessageSujet: -Une chaleur retrouvée-   Mar 24 Juin - 1:12

Une chaleur retrouvée:

"Comment vas t-il?
_Il est encore faible, mais il s'en sortira!
_Combien de temps avant qu'il puisse a nouveau marcher?
_Je l'ignore… Son corps est bien différent du notre. Il n'est pas aisé de le savoir! Cela peut prendre quelques jours comme quelques semaines. Mais il vivra!"

Fenrir se retira de l'entrebâillement de la porte. Il était rassuré. Il prit une chaise et s'assit. Devant lui, un feu de bois crépitait dans l'âtre. Il observa un long moment les flammes danser et sentit leur douce chaleur lui lécher le visage.

Cela faisait bien deux nuits qu'ils avaient receuilli le naufragé, et pendant ce temps, la dragonne SotOdWiing lui administrait les meilleurs soins possibles. Fenrir la savait douée pour soigner. Il ignorait comment elle avait obtenu de telles capacités médicinales. A chaque fois que Fenrir la questionnait à ce sujet, elle répondait que seuls les dragons pouvaient le savoir. Le Dah'Luhrin savait que la dragonne lui  cachait des choses, mais il lui faisait confiance. Jamais elle ne lui avait fait défaut. Il la connaissait depuis si longtemps... Elle était la fille du plus féroce dragon qu'Andorath aie jamais connu, mais qu'importe! Il l'aimait et elle l'aimait. Il fallait laisser aux dragons leurs secrets. Après tout, chaque peuple garde le secret de quelque chose à Andorath. 

Peu après, il se releva, prit son arc, son carquois, ses flèches, et partit dans le bosquet voisin pour chasser le diner du soir. 
Le crépuscule tomba, il rentra chez lui, une biche sur le dos. La dragonne était en train de préparer une mixture à l'aspect visqueux de couleur rouge. Ceci dit, l'odeur de ladite préparation était plutôt agréable. SotOdWiing repartit dans la chambre de leur protégé. Fenrir quant à lui, dévora goulûment sa part de viande, et partit se coucher. Il fut rejoint par la dragonne peu après. Il s'enlacèrent tendrement, puis Fenrir souffla la bougie.

Le lendemain, alors qu'il étudiait de vieilles cartes, Fenrir fut interrompu par une personne frappant à la porte. Fenrir reconnut l'uniforme des Fildanar, il s'agissait d'un messager royal. L'homme, accompagné de deux gardes royaux, s'avança dans l'entrée. Après que Fenrir les ait invité à s'asseoir, SotOdWiing rapporta une assiette garnie de fruits en tous genre. Elle repartit ensuite surveiller le rescapé. Le messager la remercia, et s'empare d'une rilton*. Son encas enfin terminé, le fildanar sortit de sa besace un parchemin qu'il tendit à Fenrir. Celui-ci s'empara de la missive royale. 

Lui et le Roi étaient de vieux compagnons d'arme. Ils entretenaient une importante correspondance. Il arrivait parfois que le roi vienne lui rendre visite en personne. Il leur arrivait même de partir quelques jours se balader dans le pays, en souvenir des bons vieux jours. De temps à autres, Fenrir était convoqué à la Citadelle. Parfois pour une simple visite amicale, parfois pour servir de conseiller, pour accomplir une mission ou mener une enquête. Le suzerain avait beau être l'un des êtres les plus puissants de cette terre, il préférait cependant ne pas se servir de son grand pouvoir, et laisser Fenrir accomplir avec lui ces besognes. Le Dah'Luhrin se demandait parfois si ces missions n'étaient pas un prétexte pour aller siroter un peu d'hydromel ensemble à la taverne. Il était évident que la vie de roi pouvait être oppressante et ennuyeuse. Certaines fois, le roi proposait à Fenrir une place a ses cotés. Mais celui-ci refusait catégoriquement chaque demande. Lui et SotOdWiing préféraient vivre loin de la populace. De ce fait, il pouvaient tous deux changer de forme quand ils le souhaitaient sans risquer d'effrayer les alentours. 

Fenrir déplia soigneusement le rouleau de parchemin, puis lut son contenu.

"Mon cher Fenrir,

Je suis vraiment navré de ce qui est arrivé à l'Empire du Sud. Nous aurions pu faire quelque chose pour éviter la catastrophe. Mais le mutisme entre nos deux Terres ont évité toute transmission d'information, et les nouvelles ne sont arrivées que trop tard. J'y ai organisé des fouilles, et seuls me sont parvenu cette page de journal que je t'ai envoyée plus tôt, et cet objet que j'ai placé dans un coffre.

Ceci dit, un informateur m'a relaté qu'un Galnir* Impérial avait été aperçu près du port de Leneth. D'après certains, il comptait y accoster. Il arborerais également un drapeau rouge. 

J'ai pensé bon de te faire part de ces faits. N'hésites pas à venir me rendre visite. Tu seras toujours le bienvenu à la citadelle. Transmet également mes sincères salutations à Dame SotOdWiing. Cela fait fort longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de vous voir tous les deux. Peut être passerai-je vous voir ces jours-ci.

Cordialement, 
Ton vieil ami..."

Fenrir roula le parchemin puis le rendit au messager.
Un garde revint, un coffre d'or incrusté de bijoux dans les mains. Il posa délicatement l'objet sur la table, devant Fenrir. Il tendit ensuite à ce dernier une clé d'or. Le Dah'Luhrin la prit et l'inséra dans la serrure. Il le déverrouilla, puis l'ouvrit. Il examina l'objet a l'intérieur pendant quelques instants puis referma le coffre. Il rangea ensuite ce dernier dans sa pièce personnelle. 

Le Fildanar et ses gardes un fois partis, Fenrir prépara ses affaires. Il enfila sa tenue de voyage et son armure, nettoya Kaal'Nohrin*, sella son cheval Alarca, prit quelques provisions pour la route. Une fois prêt, il se rendit dans la chambre où la dragonne aidait le rescapé à se lever. 

"Je pars quelques temps pour Leneth. Dit Fenrir. Il faut que j'aille y vérifier une chose. 
_Il s'agit de ce navire au pavillon rouge, n'est ce pas? (Fenrir la regarda) Tu veux que je t'y dépose? Demanda t-elle.
_Restes avec lui. Il vaut mieux ne pas le laisser seul. 
_Il sera apte a chevaucher ce soir...
_Je préfère partir maintenant. Ceci dit, si je ne suis pas rentré avant le crépuscule, rejoins-moi là bas, et emmènes-le avec toi. L'air marin lui ferait du bien!"

Il se pencha vers la dragonne et l'embrassa sur la joue. Il s'appretai à franchir la porte lorsqu'il se souvint d'une chose. 

"Si jamais tu me rejoins… dit-il. Prends le coffre d'or qui se trouve dans ma Barlia*, je t'en serai reconnaissant! "

Il adressa un dernier regard à sa compagne et se retira.

Le trajet dura quelques heures. Il arriva à Leneth au début de l'apres-midi.  C'était une ville vaste et vivante. Les charrettes et les passants se bousculaient dans les rues. Les étals de marché étaient bondés, et les bruits de la foule commençaient déjà a énerver Fenrir. C'est donc rapidement que Fenrir se fraya un chemin jusqu'au port. La bas, l'air iodé emplissait ses poumons. Il voyait les marins s'activer a décharger les dizaines de caisses que contenaient les nombreux navires marchands. Plus loin, les mouettes s'attaquaient a une caisse remplie de poissons fraichement péchés. Leneth était connue pour son commerce et son port. Elle était considérée comme la capitale économique et commerciale d'Andorath.

Fenrir marcha quelques temps sur les quais. Lorsqu'il l'aperçut enfin: le navire au pavillon rouge. Il l'examina de loin, des gens semblaient y circuler a son bord, et le vent porta a son oreille une voix féminine, douce, mais pourtant autoritaire qu'il reconnut aussitôt. Il s'empressa de rejoindre le navire... 
Il la vit, elle lui tournait le dos. Mais Fenrir la reconnut aussitôt a son accoutrement. Elle portait un tricorne et un large manteau brun, elle avait de long cheveux noirs, et de larges bottes. Elle se tenait sur la digue, hurlant ses instructions. 

"Allez! Y va pas s'nouer tout seul ce bout! Et toi, la! Arrete de bailler au mouettes et nettoie ce pont mieux qu'ca! Ou j'te jette par dessus bord! 
_Ça fait un bon moment, et tu es toujours aussi gueularde, ma grande!"

Elle se retourna, surprise. Elle laissa échapper un sourire.

"Et toi? Toujours aussi sauvage? Ta dragonne ne t'as pas appris la politesse? (Elle marqua une pause puis se tourna vers son navire et hurla; ) Hey les gars! Devinez qui est venu nous voir, le clébard  en personne!"

Fenrir sentit les larmes monter, et se jeta sur la femme pirate, la serrant dans ses bras.

"Ça fait plaisir de vous savoir en vie, si tu savais...
_C'tait pas facile de diriger cette bande de vauriens, mais on a survécu a la marée!
_Fenrir!!!"

Ce dernier lâcha la pirate avant de voir une créature laineuse se diriger vers lui, suivi d'un homme a la peau verdâtre et d'une femme en robe blanche. D'autres ne tardèrent pas a suivre. 

L'homme laineux semblait exténué, Fenrir sortit de sa sacoche le casque en cuir et les lunettes qu'il avait découvert quelques jours plus tôt. Puis il les tendit a l'homme-mouton et lui tapota l'épaule.

"C'est a toi, je crois...!"

L'ovin s'empara du cadeau et s'en vêtit aussitôt, heureux d'avoir récupéré son chapeau fétiche. Puis Fenrir se déplaça  vers la créature verdâtre. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas vu son vieil ami.

"Plus jamais! Ne fais plus jamais de coup comme celui-la!"


Fenrir et l'équipage du navire passèrent le reste de la journée dans une taverne, a fêter leur survie... Ils avaient survécu, et ça n'avait pas de prix pour Fenrir. La nuit était tombée. Et la taverne se vidait. Cela dit, l'équipage, trop heureux, décida de rester encore.

L'ambiance était a son paroxysme lorsqu'une femme en armure d'argent suivi par un scaphandrier portant un coffre entrèrent dans la taverne. Le silence fut total... Les membres du galion furent a la fois surpris et heureux: lui aussi avait survécu.

Le scaphandrier et la dragonne s'installèrent a leur table, déposant le coffre au sol. Fenrir se leva puis rendit une clé d'or a son hôte. Ce dernier la prit délicatement sans dire un mot, puis se baissa pour ouvrir le coffre. Sous les yeux ébahis de tous, le scaphandrier sortit l'objet si bien protégé de son conteneur, et l'examina. C'était un objet qu'il avait déjà obtenu: une pioche sublime, finement taillée dans un minerait d'un bleu éclatant. A son contact, la pioche sembla pulser d'un mystérieux éclat bleuté. Elle avait retrouvé son véritable propriétaire.

Le silence était total... Mais fut rompu par Fenrir qui formula une phrase qu'il ne lui avait pas adressé depuis longtemps...

"Bon anniversaire...!"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
-Une chaleur retrouvée-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Sensibilite des Ztamps a la chaleur et a l'eau
» avec le retour de la chaleur, comment traiter le voile atmosphérique.
» [Mémoires retrouvées] Némésis Seraïs
» Epave de P-40 de la RAF retrouvée dans le Sahara
» Sur le perron de Poseïdon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serveur Minecraft Nethergrad :: Encyclopedie Netharienne :: Histoire :: Archives-
Sauter vers: