Serveur Minecraft (1.11.2)
 
AccueilFAQCalendrierGalerieRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Adresse du Serveur Minecraft
Adresse IP du Serveur Nethergrad:

nethergrad.craft.vg



Partagez | 
 

 [Pays] Royaume d'Andorath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mleouf
Admin
Admin
avatar

Messages : 943
Nethars : 1225
Date d'inscription : 17/04/2011
Age : 21
Localisation : Andorath

Feuille de personnage
Inventaire:
Santé mentale:
10/10  (10/10)
Santé:
80/80  (80/80)

MessageSujet: [Pays] Royaume d'Andorath   Ven 1 Juil - 17:54

Dalna’Kynh, plus communément appelée « Royaume d’Andorath »,  « Vieux Continent »  ou parfois (à tort) tout simplement « Andorath », est un pays situé à l’Ouest de l’empire Netharien, et au Nord de la Palléypte. Ce pays est gouverné par une monarchie absolue. Le roi, réside dans la capitale administrative Andorath et dirige tous les aspects politiques du pays. Ces terres, connues pour être fertiles, ont longtemps été jalousées par les autres pays. Les Andoriens ont pourtant dû essuyer énormément de guerres. Toutes plus dévastatrices les unes que les autres. Ils vivent généralement du commerce d’hydromel, d’armes, de bijoux, et de vente de navires. Bien que nation principalement militaire, les Andoriens restent plutôt diplomates, et n’hésitent pas à aider les nations dans le besoin.  L’emblème du Royaume est une croix blanche sur fond bleu, presque semblable à l’emblème de la capitale, qui lui, ajoute une couronne dorée.  

Carte
Carte:
 


Géographie



Localisation et Frontières :

Dalna’Kynh est située à l’Ouest de L’empire de Nethergrad, séparée par une vaste chaine de montagnes. Le pays s’étend jusqu’aux montagnes Infernales, au Nord, jusqu’au marais de Belarith, au Sud. Elle borde le Pays Dolirün au Nord, l’empire Netharien à l’Est, et la Palléypte au Sud. La partie Ouest du pays, elle est bordée par la mer Enemorn. Elle dispose d’une petite colonie au milieu de ka mer Enemorn appelée « Domfond ». Un petit archipel composé de plusieurs ilots.


Topologie et Hydrographie:

Dalna’Kynh comporte une grande variété de paysages, allant de massifs montagneux à la frontière Est du pays aux vastes habituelles plaines que l’on trouve le plus souvent en ces lieux. On peut également y trouver des collines dans la partie Nord Ouest du pays, et des falaises rocheuses qui s’étendent sur plusieurs centaines de miles près de la mer Enemorn. L’eau n’y manque pas, que ce soit par la mer, les lacs, ou les grands fleuves. Le Sud du pays reste néanmoins fragile aux canicules, du fait de leur proximité avec le désert d’Azerzahm, même si ces régions ne sont pas menacées par un manque d’eau, les habitants préfèrent généralement l’économiser sans pour autant s’en priver.


Climat :

Située en région tempérée, Dalna’Kynh reste sujette à divers climats différents. Le Nord du pays est plus frais que le reste du territoire. L’hiver y est plus frais, les étés moins chauds, mais la pluie y est plus abondante. Du moins, pour la cote. La partie plus proche des montagnes est plus chaude, et plus ensoleillée. Le climat est généralement propice aux récoltes basiques, comme le maïs ou le blé.
Le Sud est quant à lui chaud l’été et les hivers sont plus doux. La pluie y est plus rare sans pour autant influencer négativement les réserves d’eau de la région. Les fortes températures l’été permettent la culture de denrées plus exotiques, comme les oranges, les caqueutuh, ou encore les raisins dont les vignobles regroupent un grande partie de l’activité agricole locale.
Le centre du territoire, est quant à lui plus généraliste. Les hivers sont frais sans pour autant être  aussi enneigés que les montagnes plus à l’Ouest, et les été sont moyennement chauds, permettant de ne pas trop souffrir de la chaleur. Il y fait chaud sans être caniculaire. C’est généralement dans ces climats que poussent les forêts les plus étendues du territoire.
Les bordures Est du pays sont plus enclines à se rafraîchir l’hiver suite à leurs proximités aux montagnes et aux vents frais. Il y fait plutôt bon vivre l’été.


Environnement:

Les paysages andoriens sont très variés que ce soit plaines agricoles ou vastes étendues forestières, des hautes montagnes enneigées ou collines verdoyantes, larges plaines ou hautes falaises abruptes. Même  si le pays est recouvert principalement de plaines, les forêts y sont également assez présentes, regroupant une bonne partie de la biodiversité. Les rivières et fleuves permettent d’hydrater la plupart du territoire. Les lacs sont également assez fréquents sur ces terres, comme le Lac Dilvien et la Source Andorienne ou le Lac d’Or (peu de personnes l’ont vu). Les forêts sont généralement composées de feuillus à 70% et de 25% de conifères (les 5% restants sont des ensembles mixtes regroupant les deux types d’arbres). A l’extrême Nord du pays, les terres sont moins vertes et plus stériles, suite à la corruption du sol ; restes des précédentes guerres. La forêt de Valaniel est considérée comme la forêt au plus riche écosystème, embellie et protégée par ses résidents, qui veillent dessus depuis toujours. Les arbres et l’herbe y sont constamment feuillus, y compris en hiver, où les feuilles jaunissent et tombent sans que les arbres se dénudent. Plus au Nord, près des mines d’Aldrain, les arbres et l’herbe y sont plus rares, remplacés par de la roche et des gravats. A l’extrême Sud, le Marais de Belarith s’étend sur plusieurs centaines de miles, fournissant un bon moyen de cultiver les roseaux et autres ingrédients utiles à la fabrication de médicaments. De nombreuses alevinières y sont également dressées afin de permettre de mieux nourrir les habitants.


Répartition des Habitants :

Au début de la quatrième ère, on récence environ 41,7 millions d’habitants. Dalna’Kynh est majoritairement peuplé d’Hommes. La majeure partie de la population (37 Millions d’habitants environ) est repartie sur les 53 000 villages Andoriens. Ces derniers ne dépassent que très rarement le millier d’habitants. Au-delà, les villages deviennent des bourgs, allant d’un millier à huit mille de population. Andorath en compte un demi-millier. Ces derniers regroupent 6% de la population andorienne, soit 2 500 000 habitants. Plus grands encore que les bourgs, les villes de tailles moyennes (allant jusqu’à douze mille personnes) et les grandes villes (dont la population depasse celle des villes de taille moyenne) rassemblent 3% de la population (Soit 1 250 000 âmes) parmi moins d’une centaine de villes. Enfin, environ 830 000 personnes vivent à l’écart des villes, dans des demeures isolées ou des petits regroupements d’habitations. Les commerces entre les zones rurales et urbaines sont très fréquents, les producteurs sont généralement en zone rurale et les revendeurs sont en zone urbaine : façon de commercer profitant aux deux parties, même si les inégalités sont clairement visibles entre les deux.


Axe de Communication :

Jusqu'à il y a peu, Le Royaume et le reste des nations s’étaient perdues de vue commercialement parlant. Le commerce entre les peuples était rare. En effet, les vastes chaines de montagnes qui entourent le territoire rendent difficile tout transport terrestre. Même s’il existait des routes pour atteindre l’Empire Netharien, ces dernières étaient difficilement praticables. Le passage des Montagnes Acérées se trouvant en territoire Dah’Luhrin, les humains n’étaient pas autorisés à y passer. Quant à celui des Montagnes de la Cupidité, la route sinueuse et dangereuse en dissuadaient plus d’un… Notamment depuis que la monarchie ne se chargeait pas des bandits et des rénovations de la route. Les commerçants ont, pendant un temps préféré passer par la voie maritime, même si plus couteuse et bien plus longue, elle était plus sûre. Depuis le règne du Roi Nuhb’Ahtvär, les différents axes furent restaurés, le traité de Griffenoire fut signé et autorisa les marchands à emprunter les axes des Monts Acérés, en suivant le fleuve Selinreth. Ce qui permit aux grandes puissances de renouveler des liens commerciaux bien plus rapides et rentables. Les Nains d’Aldrain, proposèrent même aux humains de faciliter la traversée des Montagnes de la Cupidité en transformant une portion de leur mine qui ne leur servait plus en tunnel géant. A cette occasion, cette décision fut acceptée, et les nains profitèrent de cet accord pour installer une plate-forme commerciale au milieu de leur tunnel, permettant aux hommes et aux nains d’échanger les marchandises entre eux plus rapidement.






Histoire



Ere primitive (ou Ere Post-Andorienne)

Dalna’Kynh fut l’une des premières régions du monde à avoir été peuplée par les Hommes. Les premiers habitants s’y installèrent en construisant des villages principalement axés sur l’agriculture et l’élevage. Composés généralement d’une cinquantaine de personnes, les villages vivaient d’échanges commerciaux avec les autres, échangeant leur savoir faire, et les techniques d’artisanat qu’ils développaient indépendamment des autres. Même peu nombreux pour une si large superficie, les villages étaient prospères, mais désorganisés. En effet, les villages étaient à l’époque gouvernés par les marchands, et donc ceux qui échangeaient les marchandises. Même les prêtres n’avaient aucune influence sur le fonctionnement politique des villes. Plus tard, la première guerre éclata, une guerre économique. La ville qui avait le plus de moyens matériels gouvernait le marché et le pays.
Les plus gros villages se développèrent jusqu’à devenir des villes. Puis des cités, la démographie augmentant rapidement, il fut plus complexe de gérer les différents échanges. Afin de faciliter ce système, les habitants de Dalna’Kynh séparèrent leur pays en régions (appelées « châtelleries ») afin de diminuer les charges, et permettre à chaque région de gérer eux-mêmes leur propre administration.  Le Pays fut donc divisé en quatre châtelleries : Ruderoche au Nord, Roncefort entre les fleuves Idmeth et Selinreth, Leneth entre les fleuves Selireth et Aelgath jusqu’à Valaniel et aux mines d’Aldrain, Valaniel s’étendant sur les forêts du Sud-est, et enfin, Dorkar au Sud de l’Alegath jusqu’aux sables d’Agerzahm.
Cette configuration fut conservée peu de temps, puisque près de deux siècles plus tard, la Première Guerre (surnommée aussi la Guerre du Nord) éclata. Le pays voisin Dolirün envoya une petite armée afin de conquérir Dalna’Kynh. Les forces Dolirüniennes installèrent un avant-poste militaire près des montagnes Infernales, au Nord. Leurs armées pillèrent la majeure partie de la châtellerie de Ruderoche, jusqu’à ce que l’ennemi vienne s’écraser aux portes de la ville, des renforts venant des autres châtelleries permirent à la ville de se défendre assez facilement. Suite à cela, les Dolirüniens fuirent, et leur avant poste (aujourd’hui la Tour d’Aldran) fut abandonné.
Les différents chefs de châtelleries, ne voulant pas que cela se reproduise décidèrent de créer une nouvelle châtellerie, qui gouvernera toutes les autres, et s’occupera principalement de la sécurité militaire des Terres. C’est donc ainsi que la construction de la ville d’Andorath débuta. La Châtellerie de Leneth fut divisée de manière à permettre à la ville d’Andorath de disposer de ses propres terres. Il fallut près de dix ans nethariens aux architectes pour concevoir les plans de construction du palais royal. Trois ans aux astronomes pour trouver le lieu idéal pour sa construction, et près de 60 ans aux 1400 ouvriers pour finir le projet. Le couronnement du premier Andor (Roi) marqua la fin de l’ère post-Andorienne, ainsi que le début du calendrier Andorien.


Première Ere  (ou l’Ere d’Or)

Suite au couronnement du Roi Andorien, le Pays se développa de la même façon que son Ere précédente. Andorath connut cependant un essor économique important. Après la mystérieuse disparition du peuple Dolirün, les différentes nations commercèrent énormément entre-elles. Si bien qu’Andorath devint six siècles après, la nation la plus prospère de tout Avhen. Jusqu’à l’arrivée sur le trône du roi Godfrid II, fils du roi Godfrid Ier.
Les circonstances de son couronnement sont obscures, son père ayant du jour au lendemain perdu la vie. Certains pensent qu’il aurait attrapé une maladie rare et mortelle, faisant vomir à son porteur son sang et ses tripes. D’autres pensent à un empoisonnement. Jamais de réponse n’a été trouvée. C’est donc quelques jours plus tard que Godfrid II fut couronné. Par la suite, il rompit tout lien commercial avec les autres nations, jugeant que son pays était capable de se débrouiller par lui-même. Aveuglé par sa soif de pouvoir et de richesses, il fit construire sous le palais royal une gigantesque salle et y entreposa l’or qu’il accumulait. L’or entreposé servait principalement à servir ses intérêts personnels. Les voies commerciales se sont peu à peu dégradées puisque non-entretenues. Et l’or du roi fut converti en divers objets  sensés affirmer la richesse de son royaume. Il fut fondu et retransformé en objets comme des meubles, bijoux, parfois même des murs et autres. Pendant que le roi s’enrichissait avec l’or des impôts, le peuple commençait à souffrir : l’argent disparaissait de la circulation et les routes n’étaient plus entretenues. Le commerce commençait à s’effondrer. Le roi, amassant toujours plus de richesse, demanda aux nains de lui fournir la plupart de leurs pierreries en échange de l’or de son pays. Les Nains acceptèrent et le roi se fit livrer peu à peu ses pierres de plus en plus rares et précieuses pour qu’à leur tour, elles finissent incrustées dans les ameublements. Jusqu’à ce que les nains mettent à jour un trésor que le roi s’empressa d’acheter et entreposa dans sa salle du trésor. Cet artefact appelé l’œuf de Delnor s’avérait être une immense gemme rouge. Le bruit courut que le roi possédait un tel objet dans tout Avhen ce qui ne manqua pas à l’information de parvenir aux oreilles des Dorahks. Ces derniers attirés par un tel trésor mirent à feu et à sang la ville d’Andorath. Durant de longues années, les villages furent détruits par les créatures, désirant s’emparer de la moindre richesse, de la moindre pierrerie ou bijou que les Andoriens possédaient. Le peuple, abattu et trahi décida d’en finir avec Godfrid II. Il fut trainé dans les ruines encore restantes d’Andorath, et l’œuf de Delnor fut offert aux Dorahks en échange de la paix. Les créatures acceptèrent à condition que les Andoriens leurs livrent toutes leurs richesses actuelles et futures. Les humains n’eurent d’autre choix que d’accepter. La salle du trésor du roi fut vidée jusqu'à la dernière pièce d’or, et les Dorahks s’en allèrent avec ce qu’elle contenait, laissant les Andoriens sans le moindre sou. La chute du royaume marqua la fin de l’Ere d’Or.


Deuxième Ere (ou Ere Draconique) :

Les humains se retrouvant totalement démunis face aux Dorahk, ils devinrent les esclaves de ces derniers. Les créatures avides de toutes richesse subtilisaient la moindre pierrerie, rendant difficile le moindre commerce avec les autres villes. Les nains n’appréciant pas que le fruit de leur labeur finisse aux pattes des dragons, finirent par abandonner la prospection et le minage des pierres et fermèrent leur mine six ans plus tard. Furieux, les Dorahk s’en prirent aux humains, mais les nains ne cédèrent pas, et les Hommes subirent la fureur des dragons. Se rendant bien compte que cela ne servait à rien de tenter tout marchandage avec les nains, ces derniers décidèrent de diriger les terres Andoriennes pour s’amuser. Ils forcèrent les humains à les vénérer et les chérir comme n’importe quelle autre divinité, tout en insufflant la terreur dans leurs cœurs. Il s’écoula plusieurs centaines d’années avant que les forgerons ne trouvent finalement le moyen de combattre leurs oppresseurs. Durant ces longues périodes, les villages brulèrent, de nombreux innocents furent tués. La majorité de ces atrocités furent perpétrées par le Dragon de Fer, le plus grand et le plus féroce des Dorahk. Les plus grands érudits andoriens découvrirent par la suite le « Fikan », un genre d’énergie mystique capable d’influer le cours de n’importe quelle bataille. Très dangereuse et instable, cette force ne put être étudiée que par peu de personnes, ce qui rendait son exploitation complexe. Cette période sombre que les Andoriens appellent « La grande Trahison » se termina suite à la défaite des Dorahk à la Plaine de Cendres, dans le Nord du pays, près des montagnes infernales. Les Humains craignaient que la progéniture du Dragon de Fer et d’une Dragonne des Glaces ne prenne la succession tyrannique de son père. Les Humains, animés par la peur et la haine de leurs oppresseurs, levèrent une gigantesque armée et partirent combattre ces derniers. Au prix de nombreuses vies, la totalité des Dorahk furent décimés. Néanmoins le dragonnet ne fut jamais retrouvé. La fin de cette guerre sanglante marqua la chute de la tyrannie des Dorahk, et le terme de l’Ere Draconique.


Troisième Ere (ou Ere Sombre) :

Suite à la douloureuse victoire de la Plaine de Cendres, le royaume Andorien, affaibli par la guerre, mais de nouveau libre, put enfin remonter la pente. Le commerce reprit entre les différentes châtelleries, et les caisses de l’état, (désormais à la charge de la Châtellerie de Leneth, puisque Andorath fut ravagée) furent renflouées. Il fallut une centaine d'années pour que le pays se remette pleinement de la Bataille Ardente. Les remparts d’Andorath furent ensuite rénovés, le palais reconstruit, et les habitations réparées. Le peuple eût du mal à accepter à nouveau d’être dirigé par un roi, au vu des évènements tragiques de la première ère. Mais finalement, un nouveau roi fut couronné, Osarius Ier, capitaine des armées de Ruderoche. Ce dernier, particulièrement intéressé par l’étude du Fikan, ordonna la construction d’une académie spécialisée dans les recherches à ce sujet. Elle fut installée près de Roncefort, afin d’éviter tout danger en cas d’accident. Elle fut ensuite agrandie et devint quelques années plus tard l’une des plus grandes bibliothèques du continent. Ce n’est qu’après avoir découvert les dangers de la Nécromancie que l’Académie l’interdit, et bannit toute personne la pratiquant. Les adeptes de cette pratique, rares et pourtant dangereux, se cachèrent dans les Ruines de l’Ancienne Tour d’Aldran pour pratiquer en secret leurs rituels morbides. Ils parvinrent à créer une créature qu’on raconte mi-dieu, mi-morte et à la faire passer dans notre monde par l’Ardian’Tühr, un vieux portail situé en pays Dolirün. Cette créature s’attaqua aux villages, dévorant les âmes de ceux qu’elle croisait, et en les asservissant pour en faire des pantins de chair sans vie. Elle fut néanmoins stoppée par les forces Andoriennes, et bannie de ce monde une première fois. Deux siècles après ces évènements, les Nécromanciens d’Aldran profitèrent de l’ignorance des forces Andoriennes vis-à-vis de l’Ardian’Tühr et se servirent à nouveau de cette dernière pour faire revenir Altan en ce monde, plus puissant que jamais. Lui, et une armée de cadavres ambulants à son commandement. Il ravagea en particulier les petits villages du Nord avant d’assiéger  directement la capitale. Le siège dura des semaines et les forces Andoriennes rapidement submergées étaient au plus bas, jusqu’au moment où d’autres armées vinrent leur prêter main forte. La seule personne ayant réussi à tenir tête à Altan fut Nüh’Batvähr, qui réussit, par le biais d’une lame inconnue aujourd’hui disparue, à lui ôter la vie. Son corps et celui de ses soldats disparurent dans le néant à jamais. Suite à cette victoire, Nüh’Batvähr fut couronné Roi d’Andorath (son prédécesseur ayant perdu la vie dans la bataille) pour son acte de bravoure. Certains pensent que le jeune garçon avait été aidé par un inconnu, cette affirmation ne fut cependant jamais démentie par le souverain. L’Ere Sombre se termina sur la défaite d’Altan aux portes d’Andorath.


Quatrième Ere:

Il s’agit de l’Ere actuelle. Il fut remarqué que le Roi ne vieillissait plus et cela, même après 600 ans de règne. Ce dernier rétablit les axes commerciaux avec les autres nations du continent, entama les rénovations complètes des villes ravagées. Il proposa aux Dah’Luhrin, bien longtemps oubliés, le Traité de Griffenoire qu’ils acceptèrent difficilement. Ce dernier permettant aux marchands Andoriens de pratiquer les routes commerciales passant par la forêt de Griffenoire librement. Ce traité permit également aux Dah’Luhrin de ne plus être considérés comme des créatures démoniaques assoiffées de sang comme le suggéraient les croyances, mais comme une civilisation à part entière et non-hostile ainsi qu’un potentiel allié aux forces Andoriennes. Leur massacre, fut donc considéré officiellement comme un crime. Les Dah’Luhrin profitèrent également de cette ouverture de voie commerciale pour échanger avec les Humains.






Politique



Organisation des pouvoirs :

Le système politique Andorien repose aujourd’hui sur une monarchie absolue. Le Roi dispose de tous les pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) et tous les droits.  Même si ce dernier se consacre principalement aux formalités militaires, aucune décision ne peut être prise de la part des Seigneurs-Châtelliers sans le consentement royal. Les Seigneurs-Châtelliers, eux, se chargent principalement de gérer l’entretien de leurs régions, comme le maintien des axes commerciaux par exemple. Ces derniers sont choisis par leurs prédécesseurs. Le plus souvent, le Seigneur lègue son statut à son conseiller, ou parfois à ses enfants. En cas d’absence de successeur et de décès du Seigneur, c’est au Roi qu’il incombe de trouver une personne afin de le remplacer. Dans le même cas, le Roi, transmet son pouvoir absolu à son conseiller ou à sa descendance. Dans le cas d’un décès de ces derniers, tous les Seigneurs-Châtelliers doivent se réunir et décider lequel d’entre eux sera plus à même de succéder au Roi. Le conseiller de celui qui siègera sur le trône le remplace au poste de Seigneur-Châtellier. Le Seigneur se doit d’appliquer les lois imposées par le Souverain au sein de sa Châtellerie.


Découpage Territorial :

Comme cité précédemment, Dalna’Kynh est séparée en plusieurs territoires appelés « Châtelleries ». Chacune d’elle est gouvernée par un Seigneur-Châtellier, sauf pour celle d’Andorath, qui est gouvernée par le Roi en personne. Il existe, en plus des châtelleries, des territoires appartenant à Andorath géographiquement, mais vivant indépendamment de la volonté du Roi, et disposant de ce fait de leur propre politique. C’est le cas notamment de Valaniel, des Mines d’Aldrain, de Domfond et de la Forêt de Griffenoire. Aujourd’hui, Andorath compte cinq châtelleries : Ruderoche, Roncefort, Leneth, Andorath et Dorkar. Chacune d’elles détient un rôle important dans l’administration ou la société Andorienne.  Ruderoche défend principalement la frontière Nord du pays, s’assurant de la sécurité des Terres. Roncefort est la capitale spirituelle d’Andorath, c’est ici que les lieux de culte principaux se trouvent. C’est également là-bas que l’Académie d’Etude du Fikan et la Grande Bibliothèque ont été bâties.  Leneth, elle, est la capitale économique du pays : c’est elle qui gère les transports fluviaux et maritimes, et les échanges entre les différentes nations se font le plus souvent par elle. Andorath est la capitale politique, la cité où demeure le Roi. Dorkar elle, située dans les climats chauds du pays, protège la frontière Sud du pays, tout en se chargeant de la fabrication de produits plus exotiques grâce à son climat avantageux, comme le jus de raisin ou sa spécialité culinaire; le Avu’Drun.


Armée et Sécurité :

Nation principalement guerrière, Andorath est connue pour son armée particulièrement efficace au combat. Si les andoriens ne disposent pas de la plus grande armée, leur infanterie et leur cavalerie n’a jusqu’ici, jamais été égalée en termes d’efficacité. Leur bravoure et leur sens de l’honneur n’est plus à démontrer. Les soldats andoriens subissent un entrainement acharné et physique lors de leurs formations, permettant de ne sélectionner que les élites au sein de l’armée Royale. Ceux qui échouent ou abandonnent peuvent, selon leur parcours, tout de même s’intégrer dans la garde par exemple. On ignore totalement le nombre de guerriers que l’armée andorienne compte (le haut-commandement refuse de divulguer la moindre information militaire), mais on l’estime à plusieurs centaines de milliers de soldats au total, sans compter les effectifs dits « passifs » (Civils qui n’hésitent pas à se battre en cas de danger pour défendre leur pays) et la garde qui compte environ 270 000 personnes reparties sur tout le territoire.


Diplomatie :

Andorath malgré sa puissance guerrière, n’a jamais cherché à entrer en conflit ouvert avec d’autres nations. La majeure partie de leurs batailles sont  des défenses de territoire. Les ennemis les plus connus d’Andorath sont les Doliharinns, aujourd’hui mystérieusement disparus. L’arrêt des transports de marchandises entre les nations n’a jamais détérioré les relations entre les peuples. En revanche, peu d’échanges se sont produits jusqu'à l’arrivée  de Nüh’Batvähr Ier. Les routes commerciales durent restaurées et améliorées. Les affinités entre les différents territoires furent alors davantage renforcées.


Alliances et l’Union :

Andorath resta neutre à l’égard des autres nations. Ce n’est qu’après la défaite d’Alcalia en 361C que « L’Union » fut créée. Il s’agissait d’une alliance principalement diplomatique entre les Andoriens, les Nethariens, les Natafarkiens et les Némésiens. Elle permit aux différentes nations de financer de nouveaux axes commerciaux. Le traité de L’Union stipule également qu’en cas de force majeure, un conseil comprenant tous les chefs d’états aura lieu, afin de prendre les décisions. Les arrêtés et lois interterritoriales se font par le biais de ce conseil. Après la chute de Dragmarius en 370C, il sera décidé que le Roi Andorien devra se présenter aux Conseils militaires avec un représentant de chaque peuple Andorien : Andoriens, Dah’Luhrins, Valaniens et Nains d’Aldrain.  En revanche, les Nains et les Valaniens ne se présentèrent jamais aux conseils, jugeant leurs territoires comme indépendants. Nüh’Batvähr Ier s’y rend donc accompagné du chef Dah’Luhrin, Waldgern Hrodmir.






Population et Société



Habitants :

La quasi-totalité des habitants sont composés d’Humains. D’autres races ont été aperçues, comme des Hariniens, mais ne sont que de passage et ne peuvent pas vraiment être considérés comme habitants andoriens; s’agissant généralement de marchands itinérants. Sur le territoire, outre leurs cités respectives, on peut également trouver quelques rassemblements de nains d’Aldrain et de Valaniens dans les différentes villes Andoriennes.  Les Dah’Luhrin, eux, ne peuvent pas non plus être considérés comme des habitants, même si la Forêt des Griffenoire est considérée comme territoire Andorien depuis toujours. Depuis la signature du traité de Griffenoire à la Quatrième Ere,  aux yeux de la Royauté, il s’agit d’un territoire indépendant, disposant de son propre système politique, et de ses propres lois. C’est pourquoi ces derniers ne peuvent théoriquement pas appelés des « Andoriens ». Il est cependant possible d’en trouver quelques uns ailleurs qu’à Griffenoire, mais il est très complexe de les dénicher : ils arborent la plupart du temps leur forme humaine quand ils fréquentent les civils afin de rester inaperçus.


Langues : 

Le langage Andorien est ancien et pourtant, il ne semble pas avoir beaucoup évolué au fil du temps. Il est parlé par tous les habitants, y compris les Dah’Luhrins de Griffenoire. Pour ces derniers, en revanche, il ne s’agit pas de leur langue maternelle, ils utilisent une langue oubliée dont on ignore l’origine. Le Netharien est présent dans le territoire depuis la quatrième ère. On peut même en retrouver quelques mots dans certains dialectes Andoriens, notamment dans les régions de l’Est. L’Andorien vient, selon les légendes, d’un langage (le Supremorien) que les Dieux auraient inculqué aux premiers humains. Ce dernier était très basique, et a évolué très rapidement, jusqu'à devenir complètement différent du Supremorien originel. Ainsi naquit l’Andorien tel que nous le connaissons aujourd’hui. Il continua à se développer progressivement jusqu’au Règne Draconique, où, depuis, il n’évolua plus vraiment.


Religion :

Les premiers habitants de Dalna’Kynh ont vénéré ce qu’ils appellent le Panthéon de Paelein. Il s’agissait, selon les croyances, d’un autre monde, situé au dessus de Dahein (« Le monde des hommes »), où demeuraient les divinités qu’ils vénéraient, et les âmes des héros.  En dessous, le monde d’Ardein, où demeurent les âmes des morts qui ne méritèrent pas leur place au Panthéon, errant indéfiniment aux travers des plaines infinies de ce monde. Les âmes maudites, elles, sont emprisonnées aux fins fonds d’Ardein, dans les cachots de lave et de feu ; bannies pour l’éternité. Autour de Dahein, graviteraient 4 autres mondes : Dunlein à l’Est, Hjarein au Sud, Sjòhein à l’Ouest, et Ivarein au Nord.  
Le Paleinisme fut interdit lorsque les Dorahks régnèrent sur Dalna’Kynh. Ces derniers s’autoproclamant seules et uniques divinités des cette Terre et forcèrent les hommes à les vénérer. Quand ils furent vaincus, le culte de Paelein fut à nouveau considéré comme la religion officielle.


Calendrier :

Si le Calendrier Andorien diffère du Netharien, et est, selon certains astronomes,  non conforme aux astres célestes, les Andoriens continuent de l’utiliser pour des raisons culturelles. En réalité, avant la construction de la cité d’Andorath, les habitants utilisaient le calendrier Netharien. Puis vint la période où la division de la Châtellerie de Leneth fut décidée. Il fallut trois ans aux astronomes pour trouver le lieu de construction de la nouvelle capitale, qui tomba sur le sommet d’une colline près du fleuve Selinreth. La cité fut construite de telle façon à ce que la lumière de Lunae fasse luire, à son Zénith, les murailles de la ville à l’aide d’un jeu de prismes très complexe. Ce phénomène ne se produit que tous les 439 jours.
C’est de ce nombre de jours que vient la durée d’une année Andorienne. Les mois, au nombre de onze, ne sont qu’une simple division du nombre de jours de manière à obtenir des périodes à peu près identiques. Les noms des mois qualifient la météo globale qu’il fait généralement à cette période-ci d’une année. (Andorath ne subissant pas les mêmes saisons que les autres pays pour des raisons météorologiques). Pour les jours de la semaine (Il y en a 8 ), ils ont été calculés de la même façon que les mois : de manière à garder une certaine équivalence en terme de nombre de semaines dans les mois. Leurs noms symbolisent les différentes étapes de la vie.






Economie



Agriculture :

L’agriculture a une part importante dans l’économie Andorienne. En plus d’être une nation militaire, Andorath dispose de grandes ressources agricoles, ce qui en fait une grande puissance dans ce domaine.  Près de la moitié du territoire est consacré à la culture et à l’élevage. Le nombre abondant de champs permettent aux habitants de disposer de nourriture abondement.  L’essor agricole fut l’une des choses que les Andoriens ont longtemps privilégié lors des premiers siècles du développement de la civilisation Andorienne pendant la première ère. On compte environ cent millions de bêtes pour nourrir la population à ce jour.


Commerce :

Ce qui fait la richesse Andorienne est principalement la fertilité des terres et la diversité des climats qui permettent de disposer à moindre couts de denrées exotiques. Le commerce inter-cité à longtemps marché lors des premiers siècles du pays, le commerce fut bien plus rentable lorsque les différentes nations commercèrent ensemble. Au cours de la quatrième ère, les liens commerciaux se sont renforcés. Andorath est principalement connue pour son hydromel, son pain et son cidre.
Outre ces produits alimentaires, les artisans andoriens se révèlent particulièrement efficaces pour incruster des pierreries aux objets et à travailler l’or et l’acier.
Le savoir-faire Andorien est également très demandé dans le matériel militaire. La vente de lames bien qu’abondante, n’est qu’un bénéfice mineur dans le commerce militaire. De nombreuses nations achètent des Galions robustes et rapides ; bien plus couteux. Les chevaux de guerre sont également très demandés pour les cavaleries des différentes armées d’Avhen. Les équidés Andoriens sont connus pour leur endurance et leur résistance.






Culture locale



Architecture :

Pendant la période Pré-Andorienne, les habitants se contentaient de modestes demeures, principalement construites à base d’argile et de tuiles.  Lorsque l’économie se développa, les plus riches se mirent à la pierre et aux toits de chaume ainsi qu’au bois. Le bois devint par la suite un matériau de base dans la construction andorienne ce qui provoqua l’essor des habitations en bois. Ensuite vint la construction des châtelleries, où les maisons à colombages se répandirent très rapidement notamment dans les grandes villes. Ainsi débuta le développement de l’utilisation de la brique dans la construction populaire.
La Première Ere ne subira pas vraiment de nouveautés en terme architectural. Mise à part la construction de bâtiments toujours plus imposants. Comme des temples ou des lieux de cultes. Après la crise économique du pays due à l’avarice du Roi Godfrid II et la chute de la capitale détruite, les Andoriens commencèrent à la rebâtir, cette fois en pierre, principalement. Le palais royal fut rebâti et les murailles rénovées. L’or restant que les Dorahks n’avaient pas dérobé servit à réparer en partie les dégâts provoqués par le roi précédent et les créatures. Il fut convenu, même malgré le fort coût du matériau, que la pierre restait la meilleure solution pour diminuer les risques d’incendies draconiques.
La Grande Trahison provoqua un énorme ralentissement en termes de rénovations, et également en termes d’économie. Toute richesse était en effet subtilisée, rendant l’achat de matériaux de constructions complexe. Le Nord du pays, moins enclin à se faire attaquer, garda un certain intérêt pour les constructions en bois, aux murs de torchis ; bien moins chères à produire.
Suite à cette longue période, l’architecture Andorienne n’évolua pas vraiment. Si ce n’est les techniques de constructions et certains matériaux qui furent utilisés pour embellir les constructions, comme le tuffeau ou le plâtre. Ce dernier ayant particulièrement servi pour lisser les murs. L’autre, très malléable, permit de sculpter facilement et rapidement des bas-reliefs pour les lieux de culte notamment…
La pierre se retrouve aujourd’hui dans les grandes villes, les forts et certains bourgs. Les villages, faubourgs, hameaux et autres petits rassemblements sont généralement construits avec du bois, de la chaume ou du torchis.


Bâtiments principaux :

Andorath regroupe tous types de bâtiments ; religieux, militaires ou civils…
Le Temple d’Andorath, symbole de la construction religieuse Andorienne. Une immense cathédrale de pierre construite pour honorer la gloire du Panthéon de Paelein.
La Bibliothèque de Roncefort, initialement une académie de recherche sur les propriétés du Fikan. Les enseignements se généralisèrent avec le temps, et sa bibliothèque se remplit, devenant l’une des plus grandes bibliothèques de tout Avhen.
Le Port  de Leneth, véritable fierté de l’industrie Andorienne, produit les galions et autres navires de guerre tout en accueillant les navires marchands et navires de pêche ravitaillant le pays.
Le Palais Royal situé en haut de la colline d’Andorath, surplombant la capitale, abrite les quartiers royaux, ainsi que la garde royale. La Caserne Royale où sont entrainés les guerriers d’élite de la Nation se trouve également à l’intérieur.
La place du marché de Dorkar, est un des plus gros marchés du pays, et accueille de nombreux marchands de produits exotiques. Les marchandises palléyptiennes circulent généralement dans ces régions-ci. Ce qui en fait une ville très prisée des touristes de par son activité, son climat chaud, et sa région.


Gastronomie :

Les Andoriens ne cachent pas leur intérêt pour la boisson. Les tavernes sont nombreuses et la boisson généreusement distribuée dans les commerces. Ces derniers sont également producteurs de miel à grande échelle ; principalement utilisé dans la production d’hydromel. Le miel est également très présent dans la gastronomie locale, comme dans le sanglier au miel. Il est également très présent dans la nourriture plus basique, comme le pain, le fromage et parfois même le saucisson.
La viande est également très appréciée, notamment celle de porc. Andorath est également connue pour sa production de fromage, le fromage de chèvre étant le plus vendu aux touristes.
Le bas-peuple peut se procurer aisément des denrées à faible coup. Le pain, les fruits et légumes sont produits en abondance par les paysans. Ces derniers, à l’aide de leurs vastes champs peuvent également produire de la nourriture pour eux-mêmes. Selon les lois locales, en revanche, cette pratique est limitée à un certain nombre, et un certain type de plantations. Elle peut dépendre aussi des diverses périodes de l’année et des saisons. Mais la nourriture basique ne manque pas et les étals pleins au marché permettent de distribuer efficacement la nourriture.
La qualité de la nourriture est parfois vérifiée par des « gouteurs », et autorisant, ou non, la vente sur les marchés.


Musique :

La musique Andorienne est très accessible. Les instruments principalement utilisés par les bardes sont peu couteux et permettent aux plus démunis de pratiquer cet art. Andorath étant une nation guerrière, la musique est bien souvent inspirée de faits d’armes, et récits des anciennes batailles. Les principaux musiciens sont des bardes errants. Les instruments les plus utilisés sont la flûte, le luth, ou le tambour. Pour les plus grandes représentations musicales, les chœurs d’hommes sont également de coutume, variant de 30 à 90 chanteurs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Pays] Royaume d'Andorath
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Royaume de Logres ...
» Retour au Pays Imaginaire(libre)
» Royaume D'arélidon
» [E11] S44 1ère journée: Auvergne - Pays-de-la-Loire
» "Luigi au pays de Doom"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serveur Minecraft Nethergrad :: Encyclopedie Netharienne :: Lieux-
Sauter vers: