Serveur Minecraft (1.11.2)
 
AccueilFAQCalendrierGalerieRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Adresse du Serveur Minecraft
Adresse IP du Serveur Nethergrad:

nethergrad.craft.vg



Partagez | 
 

 [RP-HS] Une vérité mouvementée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mleouf
Admin
Admin
avatar

Messages : 949
Date d'inscription : 17/04/2011

Feuille de personnage
Nom : Fenrir Cœurdeloup
Bourse Bourse:
Profil: Profil::
Profil:PAPVMSvgFo
Points:

MessageSujet: [RP-HS] Une vérité mouvementée   Dim 12 Juil - 13:48

Parmi les nombreuses auberges situées dans la ville de Nethergrad, la plus célèbre était celle du “Poulet Luisant”. Les boissons étaient particulièrement savoureuses. Elle étaient bien souvent pleine: de nombreuses personnes profitaient de la chaleur de l’âtre et du confort des chambres situées à l’étage. Parmi la populace, un homme plutôt grand, habillé en noir et vêtu de fourrure s’approchait du comptoir, il était légèrement trempé, et il avait visiblement besoin d’un rafraîchissement. Le tenancier, un homme plutôt enveloppé et barbu, s’approcha du guerrier d’un air jovial.

“Alors, mon ami, vous avez besoin d’un p’tit r’montant? Qu’est ce que ce s’ra?
_ Si vous avez un peu d’hydromel…
_De l’hydromel? On en a oui. Tenez…”

Le tavernier sortit une choppe de bois de sous le comptoir et ouvrit le robinet d’un de ses tonneaux, pour y remplir le récipient avant de le tendre à son client.

“Z’êtes pas d’ici vous, hein? Je sers pas souvent d'hydromel aux gens du coin. Vous nous venez d’où, comme ça?
_ Du Grand Continent. J’ai vécu ici jadis, puis je suis reparti pendant plusieurs centaines de périodes, avant de revenir en ces terres.
_ A votre parler, vous devez être Andorien. Néanmoins...Vous voulez dire que vous étiez là, avant le cataclysme? Quel âge avez-vous…?
_ Bientôt 975 ans… Mais changeons de sujet! Les affaires sont bonnes?”

Le guerrier sirota quelques gorgée d’hydromel sous le regard interrogateur du tenancier qui se demandait si l’homme en face de lui était fou.

“Vous avez entendu les nouvelles récemment, étranger? Ce salopard de Drake s’est suicidé devant le général au palais. Depuis les affaires vont nettement mieux. Les gens ne craignent plus de sortir de chez eux, et commencent à banquer plus que jamais! Tout le monde est heureux, cette ordure ne nuira plus. Que les dieux soient loués.
_Une bonne nouvelle, donc. Du moins, pour vous.
_Vous n’avez pas l’air très enjoué.
_Je le suis bien sûr, mais pas autant que vous autre. J’aurai simplement voulu…(il sentit ses doigts se crisper: ) lui trancher la tête de mes propres mains.
_Comme la plupart des gens ici, je pense! Mais tout cela, c’est du passé. Quoi qu’il en soit, je dois vous laisser, j’ai des clients! N'hésitez pas si vous avez encore soif!
_Bien entendu…”

Le tavernier prit congé du guerrier. Ce dernier manquait de sommeil, mais comme à son habitude, il se concentrait sur ses sens. Les odeurs fortes de sueur et d’alcool lui montaient à la tête, si bien qu’il préféra se concentrer sur la senteur de viande alléchante qui venait lui chatouiller les naseaux. Malgré ça, il se sentait plutôt bien ici. Il n'était pas en train de se battre comme à l’accoutumée. Il avait enfin l’occasion de se reposer un peu et de prendre congé des autres. La politique ne l'intéressait pas de toute manière. Il s’agissait plus du ressort de sa compagne, restée au palais avec les autres dirigeants. Il ignorait pourquoi elle s'intéressait tant à ce genre de choses. Peut être était-ce dans sa nature? Les siens sont de bien curieux êtres…

Le rôdeur était bien penseur ces derniers temps. Il avait besoin de liberté, et même si le système Netharien n’était pas aussi plaisant que celui de chez lui, il se sentait bien. Après tout, tout venait de se finir il y a de cela quelques heures. Le guerrier avait connu de nombreux ennemis, mais Drake avait été probablement l’un de ceux qu’il avait le plus pourchassé.
Il regrettait simplement de ne pas avoir pu lui trancher la tête lui-même. Il ignorait si sa haine si violente envers cet homme était naturelle ou causée par ses démons intérieurs.
Tous les maux que cette abomination avait causés en avait fait une affaire personnelle. Mais il était trop tard. Cet ennemi était mort.

Alors que le guerrier venait de finir sa choppe, la porte de l'auberge s’ouvrit. Entrèrent trois hommes. Deux gaillards équipés de hallebardes, portant un uniforme rouge et blanc que l’aventurier devina comme provenant de RedOpera. Il s’agissait de gardes impériaux, visiblement. Les deux personnages semblaient défendre un homme important. Le guerrier le reconnut aussitot: sa barbe naissante, ses sourcils broussailleux, sa chevelure brune, et son armure en cuir finement détaillée… Il s’agissait du général Netharien Nathar. Ce dernier vint s’asseoir aux comptoir, sur le coté gauche du rôdeur. Il demanda une choppe de Caqueutoff, but une première gorgée et sourit.

“Je me suis jamais lassé de cette boisson. dit-il. C’est fort, mais légèrement acidulé et sucré. Son goût est incomparable. Mais je suppose que tu n’aimes que l’hydromel, n’est ce pas, Fenrir? Tu échappes aux débats politiques?
_ Vos discussions ne m'intéressent guère, général. J’ai le coeur à penser à autre chose. J’aimerais comprendre certaines choses, également. Et maintenant que vous êtes là, j’aimerais vous questionner sur certains détails obscurs à mes yeux.
_Je t’écoute…
_Vous et Drake… Pour une raison qui m’échappe, j’ai l’impression qu’il tenait à vous. Et voilà qu’il se suicide devant vous. Il y a un lien entre vous deux, et j’aimerais comprendre de quoi il s’agit.”

Nathar soupira légèrement, puis commença à parler doucement.

“De toutes manières, au vu du bruit ambiant, je pense que je peux risquer à te révéler la vérité.
Moi et Drake somme liés, en effet. Nous sommes tous deux Primordiaux, conçus par Kharon et Sumpremor. Mais j’ai également participé à la construction du Némésis. Il était prevu que nous nous en servions pour chasser les Natafarkiens de nos Terres. Mais Drake voulu aller plus loin, il voulait se venger…  Se venger du peuple qui m’avait fait du mal. Je ne pouvais cautionner un tel acte, mais je cédai, et finalement, je finis par le laisser faire.  Sa quête le mena jusqu’en Natafark, où il resta prisonnier de la glace pendant des siècle. Sa haine pour les Natafarkiens se mua en folie, et s’adressa non plus aux habitants du Nord, mais à tous les humanoïdes vivants. J’aurai dû l’en empêcher…
_ Et vous ne l’avez pas fait? cracha Fenrir qui sentit des muscles se tendre.
_ Comprends-moi Fenrir, je…”

Le Général ne termina pas sa phrase, en moins d’une seconde, il fut retrouvé le dos sur le comptoir, une lame contre la gorge. Les gardes impériaux, surpris, se mirent à pointer leurs hallebardes sur le Dah’Luhrin. Se dernier, totalement indiffèrent aux gardes, serrait les dents, et regardait le général  comme un prédateur s'apprêtant à déchirer sa victime. Le brouhaha de la taverne cessa aussitôt, et tous les regards devenus inquiets et horrifiés se braquèrent sur le général et son agresseur totalement immobiles.
A son grand effroi, Nathar remarqua que Fenrir commençait à prendre sa forme originelle, et constata que bientôt, lui et son ami allaient mourir. Lui même la tête tranchée par un loup enragé, et son prédateur, percé par deux hallebardes.
La taverne était en proie à la terreur et aux cris… Les gens commencèrent à fuir le lieu, sauf les plus terrorisés, incapables de bouger. Le général était devenu livide. Il tenta d'apaiser légèrement son ravisseur.

“Je t’en prie, Fenrir, écoute-moi!”

Mais ce dernier était visiblement décidé à le tuer… Ici, et sur-le-champ. Ses yeux, étaient devenus rouges et ses crocs suintants et menaçants laissaient transparaître sa fureur.
Le loup, de sa voix devenue rauque et bestiale lui lança:

“Pourquoi vous écouter? Vous êtes aussi monstrueux que celui qui s’est suicidé devant vous!
Comment avez-vous pu laisser ces innocents se faire tuer? Par votre faute, plusieurs continents ont été rayé de la surface!
_Mais enfin, laisse-moi t’expliquer!
_Expliquer quoi? Je vous ai fait confiance pendant des siècles, je vous ai prit pour un homme bon, sans me douter que vous aviez conscience que vous aviez orchestré un massacre envers des gens qui n’avaient rien demandé à personne. J’ai suivi vos instructions… Les instructions d’un homme en qui je faisais aveuglement confiance. J’ai été chercher votre frère, j’ai failli mourir par sa faute, tout cela pour servir vos intérêts! Finalement vous ne valez guère mieux que celui que j’ai si longtemps haï. Alors donnez-moi une seule raison de ne pas vous trancher la tête!
_Comment aurais-je pu lui faire entendre raison? Il était fou!
_Non il ne l’était pas, et vous le savez très bien! Il vous admirait! Vous n’avez même pas essayé, même pas cherché à sauver ce peuple! Le monstre dans l’histoire c’est vous!”

Le Dah’Luhrin saisit Nathar et le propulsa au sol, avant de le faire se remettre debout, face aux Nethariens apeurés par la vision de leur général qui se faisait frapper par un monstre.
Le patron du bar sous le choc d’avoir pu servir et parler à une telle créature, finit par s’évanouir.

“Regardez votre peuple, Nathar! Regardez-le dans les yeux et dites-leur ce que vous avez causé! Dites-leur que c’est vous qui êtes la cause de tout cela! Dites-leur la vérité!
_Et toi, Fenrir…? Combien de vies innocentes as-tu ôtées? Et ta chère dulcinée? Vous pensez peut-être faire ce qui est juste, mais penses-tu sincèrement que chacune de tes décisions n’ont pas causé la mort d’autre personnes? Lors de la bataille de Natafark, ne crois-tu pas que la seule présence de Force Andoriennes a incité Dragmarius à venir dans ton pays et detruire Leneth? Je te rappelle que c’est toi qui as insisté auprès de ton souverain pour laisser une armée en ces lieux pour défendre! Et regarde ce que ça a causé; des milliers de morts, ta dulcinée a perdu une nouvelle fois un être cher, de nombreuses familles ont eu le coeur brisé, et tout cela pour quoi? Pour une simple décision de ta part! Tu n’es pas si différent de moi, au final. Et essaie de repenser à toutes les autres décisions que tu as prises et qui auraient pu engendrer d’autres morts! Et sachant cela, je ne t’ai jamais trahi! Toujours respecté, et je t’ai traité comme un égal, comme un ami.”

Fenrir baissa légèrement sa lame de la gorge de Nathar, les gardes s’apprêtaient à le transpercer, mais le général, d’un signe de la main, leur ordonna de ne pas le faire.
Quelques secondes plus tard, le Dah’Luhrin lâcha le général, et baissa sa garde.

“Écoute, Fenrir. Fit Nathar. Tu n’es pas mauvais, loin de là. Tu es l’une des personnes les plus courageuses, les plus nobles, et les plus talentueuses que j'aie connu dans toute ma longue vie. J’ai connu ton passé, et je t’ai toujours pardonné tes erreurs. Alors pourquoi tu n’en fais pas autant pour moi? J’ai des regrets quant à ce qu’il s’est passé, et tu le sais! Je ne suis pas le seul à penser cela. Ton amie, connaissant la noirceur de ton âme, les démons qui t’habitent ne t’a jamais quitté car au fond, elle te trouvait bon et juste. Comme le roi Andorien, qui t’a toujours fait confiance. Et tous ceux qui ont accepté de t’accompagner dans ta quête! Ils te font confiance, ce sont tes amis, ta cause est noble Fenrir, tu ne pensais pas à mal. Nous t’avons tous pardonné.”

Il essuya d’un revers de la manche le sang qui coulait à la commissure de ses lèvres.
Le loup s’assit au sol, légèrement faible, et ne savant plus quoi penser. Il restèrent tous là, immobiles pendant quelques minutes. La tension dans la taverne avait été apaisée, mais tous restèrent silencieux.

Le general netharien tendit sa main à Fenrir. Ce dernier l’observa quelques secondes, comme tiraillé par un dilemme. Puis finalement, il tendit à son tour sa patte griffue. Nathar l’aida à se relever. Puis lui rendit Kaal’Nohrin, qu’il avait lâchée en s'écroulant au sol.

“Je suis désolé, Nathar. Fit Fenrir. Tellement désolé.
_Tu n’as pas à l’être mon ami, tu as raison, j’ai causé la mort d’innocents. Comme toi, mais je regrette, et je te pardonne tes erreurs. Maintenant, aide moi à ranimer le tavernier, et ranger un peu le bordel qu’on a mis ici. Ces habitants sont déjà suffisamment terrorisés par ce qu’ils viennent de voir, et je suppose qu’ils aimeraient l’oublier.”

Une fois l’ambiance de la taverne partiellement restaurée, et le tavernier de nouveau apte à servir, Nathar commanda pour lui et Fenrir une boisson, que le tavernier manqua de renverser tant le Dah’Luhrin le terrorisait. Une fois leurs choppe finies, Nathar et Fenrir se retirèrent.
Le guerrier sella sa jument et s'apprêtait à repartir pour le palais impérial. Mais Nathar lui adressa une dernière fois la parole.

“Au fait, Fenrir, j’aimerais t’annoncer quelque chose.
_Je t’écoute.
_ Dilva et moi… Nous allons nous marier.
_Félicitations.
_J’aimerais néanmoins que tu me rende un service, si tu veux bien.
_Qui est?
_Je voudrais que tu sois là, ce jour là. Ta dragonne également. Ça me ferait extrêmement plaisir.
_ On viendra. Bonne nuit Nathar!
_ Merci beaucoup, mon ami… Bonne soirée à toi.”

Puis Fenrir cabra sa monture, et partit vers le sud.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[RP-HS] Une vérité mouvementée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche de la vérité ! [PV : Trok Zaz']
» [Règle] Rebond et dextérité
» Parole du prophète de la Vérité
» manque de dextérité et modelisme
» Maya ou Vérité?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serveur Minecraft Nethergrad :: Encyclopedie Netharienne :: Histoire de Nethergrad :: -Premier Âge- :: Tome 1 - Avhen-
Sauter vers: